Le centre hospitalier retrouve la santé

Le centre hospitalier retrouve la santé

Article La Nouvelle République du 23/01/2019


Après une baisse en 2017, l’activité de l’hôpital de La Châtre a bien progressé l’an passé. Sur l’ensemble des services, le bilan est satisfaisant.

L’an passé à pareille époque, Dominique Delaume, directeur du centre hospitalier de La Châtre , prônait la vigilance sur le maintien de l’activité médecine qui avait reculé de 3,5 % en 2017. Lundi, il a ouvert la cérémonie de vœux de l’établissement avec des propos rassurants en soulignant que ce servi ce, qui a réalisé « un très, très bon mois de décembre» , a vu son occupation passer de 83 % à 93,36 %. 

L’autre fait notoire concerne la permanence de soins qui a progressé de 1.635 à 2.036 passages. Si la fréquentation des soins de suite et de la psychiatrie a reculé de 3 % et 8 %, les services cardiologie (362 visites) et gynécologie (1.354 consultations, soit une hausse de 14 %) ont bien fonctionné; le taux d’occupation des Ehpads étant de 99, 21 %.

Le gros chantier de l’Ehpad Georges-Raveau

Dominique Delaume a également évoqué le projet d’établissement 2018-2022 auquel soixante-quatre agents ont part icipé , la création récente du Pôle interétablissement avec Châteauroux dans les domaines des soins de suite , de l’oncologie et la cardiologie . Il a aussi mis en avant la réhabilitation de l’Ehpad Georges-Raveau (5,5 M €) qui débutera en 2020 avec trois tranches de travaux réparties sur trente-six mois.

Durant le chantier, les soixante lits rejoindront le 1er étage de l’Ehpad Jean-Louis Boncœur. L’année 2018 a enfin permis de lancer une nouvelle politique de communication, qui s’est concrétisée par six réunions avec les familles  de résidants  des Ehpads et dix-sept réunions de terrain suivies par deux cent treize personnes .

L’exercice en cours verra la signature du Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens, la présentation du financement des cinq années à venir par l’Agence régionale de santé , la rénovation du bâtiment Opac, les travaux d’accessibilité , la poursuite de la communication et du dialogue social.  « Nous manquons cruellement d’aide-soignantes», insistait Dominique Delaume après avoir fait remarquer que l’établissement avait cependant obtenu six postes par anticipation.

Patrick Judalet, président du conseil de surveillance, rappelait tous ces projets, dont l’importance du chantier Georges­ Raveau, et expliquait que le transfert de la responsabilité du pôle psychiatrie à Châteauroux était la solution pour garder ce service de quarante lits. Il soulignait le rôle de la permanence d’accueil de soins  « qui répond à la baisse des médecins et évite d’attendre trois, quatre heures sur un brancard à Châteauroux» indispensable à notre territoire », avant de vanter « un hôpital de proximité

Le député Nicolas Forissier invitait enfin à être créatif « pour éviter la remise en cause d’un territoire comme le nôtre et obtenir des moyens, quitte à en économiser ailleurs. Il faut être fier de notre établissement ».

  • Cette cérémonie de vœux marquée par les interventions de Dominique Delaume, Patrick Judalet et Nicolas Forissier, s’est déroulée en présence de Michèle Selleron , conseillère départementale ; François Daugeron, président de la Communauté de communes de La Châtre-Sainte-Sévère; Hassan Elabed, président de la commission médicale.

Enfin de séance, douze retraités ont été mis à l’honneur : Nadine Girardot , Isabelle Bellais, Jean -Pierre Bigrat ,

Hélène Blondet, Sylvie Bonnet , Christine Boulogne, Brigitte Chacqueneau, Catherine Despinarde, Jean-Luc Frerot , Nadia Guillot , Roselyne Jallerat , Marie-Brigitte Ruth er.

Après une baisse en 2017, l’activité de l’hôpital de La Châtre a bien progressé l’an passé. Sur l’ensemble des services, le bilan est satisfaisant.

L’an passé à pareille époque, Dominique Delaume, directeur du centre hospitalier de La Châtre , prônait la vigilance sur le maintien de l’activité médecine qui avait reculé de 3,5 % en 2017. Lundi, il a ouvert la cérémonie de vœux de l’établissement avec des propos rassurants en soulignant que ce servi ce, qui a réalisé « un très, très bon mois de décembre» a vu son occupation passer de 83 % à 93,36 %.         

L’autre fait notoire concerne la permanence de soins qui a progressé de 1.635 à 2.036 passages. Si la fréquentation des soins de suite et de la psychiatrie a reculé de 3 % et 8 %, les services cardiologie (362 visites) et gynécologie (1.354 consultations, soit une hausse de 14 %) ont bien fonctionné; le taux d’occupation des Ehpads étant de 99, 21 %.

Le gros chantier de l’Ehpad Georges-Raveau

Dominique Delaume a également évoqué le projet d’établissement 2018-2022 auquel soixante-quatre agents ont part icipé , la création récente du Pôle interétablissement avec Châteauroux dans les domaines des soins de suite , de l’oncologie et la cardiologie . Il a aussi mis en avant la réhabilitation de l’Ehpad Georges-Raveau (5,5 M €) qui débutera en 2020 avec trois tranches de travaux réparties sur trente-six mois.

Durant le chantier, les soixante lits rejoindront le 1er étage de l’Ehpad Jean-Louis Boncœur. L’année 2018 a enfin permis de lancer une nouvelle politique de communication, qui s’est concrétisée par six réunions avec les familles  de résidants  des Ehpads et dix-sept réunions de terrain suivies par deux cent treize personnes .

L’exercice en cours verra la signature du Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens, la présentation du financement des cinq années à venir par l’Agence régionale de santé , la rénovation du bâtiment Opac, les travaux d’accessibilité , la poursuite de la communication et du dialogue social.  « Nous manquons cruellement d’aide-soignantes»,  insistait Dominique Delaume après avoir fait remarquer que l’établissement avait cependant obtenu six postes par anticipation.

Patrick Judalet , président du conseil de survei llance, rappelait tous ces projets, dont l’importance du chantier Georges­ Raveau, et expliquait que le transfert de la responsabilité du pôle psychiatrie à Châteauroux était la solution pour garder ce service de quarante lits. Il soulignait le rôle de la permanence d’accueil de soins « qui répond à la baisse des médecins et évite d’attendre trois, quatre heures sur un brancard à Châteauroux» indispensable à notre territoire » , avant de vanter « un hôpital de proximité.

Le député Nicolas Forissier invitait enfin à être créatif « pour éviter la remise en cause d’un territoire comme le nôtre et obtenir des moyens, quitte à en économiser ailleurs. Il faut être fier de notre étab lissement ».

  • Cette cérémonie de vœux marquée par les interventions de Dominique Delaume, Patrick Judalet et Nicolas Forissier, s’est déroulée en présence de Michèle Selleron , conseillère départementale ; François Daugeron, président de la Communauté de communes de La Châtre-Sainte-Sévère; Hassan Elabed, président de la commission médicale.

Enfin de séance, douze retraités ont été mis à l’honneur : Nadine Girardot , Isabelle Bellais, Jean -Pierre Bigrat , Hélène Blondet, Sylvie Bonnet , Christine Boulogne, Brigitte Chacqueneau, Catherine Despinarde, Jean-Luc Frerot , Nadia Guillot , Roselyne Jallerat , Marie-Brigitte Ruther.

Fermer le menu
tristique amet, risus. risus id, libero ipsum leo. et, Aenean